Portrait d’un centenaire

M. Jules Patois de la colocation de Châtillon le Duc.

Il n’est guère surprenant que, interrogé sur la qualité qu’il souhaiterait voir mieux partagée, notamment chez les plus jeunes, Jules Patois réponde : « La patience ! » Car de la patience, il lui en a fallu tout au long de sa vie professionnelle consacrée à la fabrication et à la remise en état de montres. Né à Frambouhans, dans le Doubs, berceau de l’horlogerie française, il a travaillé chez les grands fabricants Maty et Kelton puis, par goût de la liberté, à son compte dans un atelier situé au coeur de Besançon. Jules a notamment créé en deux exemplaires une montre originale avec une figurine animée représentant… Johnny Hallyday. Jules en possède un exemplaire, qu’il fait découvrir avec une fierté mêlée d’amusement à ses visiteurs ; l’autre est exposé au musée du Temps de Besançon.

De la patience, il lui en faut aussi pour s’adonner à sa passion, ancienne, pour la peinture. Les paysages réalisés par cet admirateur des impressionnistes décorent les murs de la maison Âges et Vie de Châtillon-le-Duc (Doubs) où Jules vit depuis quatre ans. Et il a toujours un tableau en cours d’exécution.
L’autre mot-clé de son existence, dit-il, est « chance ». Il n’en a, en effet, pas manqué en de nombreuses occasions, notamment pour échapper à plusieurs arrestations alors qu’il était dans la Résistance. De cette chance qu’il baptise parfois « baraka », parfois «providence», Jules ne manque jamais de s’étonner et de se féliciter.

Passionné de lecture – il vient de relire La Condition humaine – et d’actualité, il a fêté ses 100 ans en avril dernier. Parmi les personnes présentes pour l’entourer ce jour-là, un de ses petits-fils, venu spécialement pour cette occasion de Nouvelle-Calédonie où il vit. « Vingt heures d’avion à l’aller et trente au retour ! C’est peu dire que j’ai été touché par sa venue… », sourit Jules Patois qui, après une chute l’an passé, a retrouvé – à force de volonté – une forme impressionnante avec un cœur qui bat, n’en doutons pas, comme un mouvement d’horlogerie…

Ce portrait est extrait d’un projet original intitulé Nous les Centenaires, conçu par Sophie Boissard, présidente de la Fondation Korian pour le Bien-vieillir, et Henry Dougier des Ateliers Henry Dougier. https://www.fondation-korian.com/fr/Nous-les-centenaires

Pour plus d’informations sur la colocation Ages & Vie de Châtillon le Duc : https://www.agesetvie.com/Chatillon-le-Duc.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s